Non classé

Agression 70: Le Secrétaire Général du PDG-RDA situe les responsabilités

DE L’AGRESSION DU 22 NOVEMBRE 1970 : Complicité et réaction internationale

Le 22 Novembre 1970 coïncide au 80ème anniversaire du Général De Gaulle, les principaux acteurs de l’agression ont dû, après quelques reports, convenir sur cette date pour ainsi rendre un vibrant hommage à celui qui est considéré comme le sauveur de la nation française des griffes du nazisme Hitlérien.
Il est alors intéressant de savoir quels sont les principaux acteurs et quelles sont leurs motivations profondes.
Il n’est plus à démontrer que le ‘’crime’’ commis par la Guinée contre une certaine France a été de voter non le 28 Septembre 1958. Les décideurs français d’alors nous ont appris dans leurs écrits abondants les dispositions que le pouvoir français prenait pour agenouiller la Guinée ‘’rebelle’’. Les complots ourdis et qui ont tous lamentablement échoué ne se comptaient plus.

Le deuxième acteur principal était l’Allemagne fédéral d’alors. Le gouvernement Allemand ne pouvait d’aucune façon toléré la reconnaissance par la Guinée de la République Démocratique Allemande (la RDA). Ainsi, pour lui, l’impertinent qui a commis ce ‘’crime’’ et qui de surcroit était en bonne entente de coopération avec la RDA devait tout simplement disparaître.

Le Troisième acteur principal était le Portugal. Ce pays colonisateur avec un gouvernement têtu d’alors, était en guerre contre le Peuple de Guinée Bissau, qui, organisé au sein du PAIGC avait la base de sa lutte de libération nationale installée à Conakry. Compte tenu de cette situation spéciale, le Portugal a assumé le rôle de tête de pont pour tous ses alliés.

Un autre acteur opérationnellement moins important que les trois (3) premiers était le honteux régime d’apartheid d’Afrique du Sud. En effet, le camp militaire kémé Bouréma de Kindia formait déjà des contingents d’hommes Sud-Africains à la guérilla pour les différents Partis et mouvements de lutte contre l’apartheid dont l’ANC de Nelson Mandela.

Par solidarité de camp ou de Bloc, ces acteurs avaient le soutien d’autres alliés directement ou indirectement. La nécessité de la préparation et de l’exécution du 22 Novembre 1970 découle de tous ce qui précède, mais aussi de la simple raison des échecs répétés de multiples complots ourdis avant elle par la cinquième colonne guinéenne.

Malgré cette perfide agression, l’Afrique libre et le monde progressiste témoigna une vive solidarité à l’endroit de la Guinée et de son leader historique Ahmed Sékou Touré.
Entre autres : Lieutenant Moussa Traoré (Mali), Liberia, Tant(S/G. ONU), Hailé Séllasié 1er, (Ethiopie), Moktar Ould Daddah. (Mauritanie), Houari Boumedienne(Algérie), Léopold Sedar Senghor (Sénégal), Jean Bedel Bokassa(Centre Afrique), Sur David Djawara(Gambie), Abdel Mohsen Aboul Nour( Union socialiste Arabe, Egypte), Général Sangoulé Lamizana(Burkina Faso), Hubert Maga (Bénin), Félix Houphouet Boigny (Côte d’Ivoire), Major Général Yakubu Gowon(Negeria), Anwar El Sadate(RAU, Egypte), Elhadj Amadou Amadou Ahidjo (Cameroun), Habib Bourguiba (Tunisie), Général Etienne Eyadema(Togo), Gaafar Mohamed Nimeri(Soudan), Marien Ngouabi(Congo Brazzaville), Major Général Siad Bahr(Conseil Suprême de la Révolution Soudan), Caramba Coker(Congrès des Travailleurs, Sierra Leone), Augustino Neto(MPLA), Osvaldo Dorticos Torrado(Cuba), Jomo Kenyata ( Kenya) Mubutu(Congo Kinshasa), Michel Micombero (Burundi), Albert Bernard Bongo(Gabon), François Tombalbaye (Tchad), Hamani Fiori(Niger), Julius Nyerere(Tanzanie), Nicolas Ceassecu (Roumanie), Maxhi Leshi(Albanie), Todorvkov (Bulgarie), Sadruddin Aga Khan(New York), Ahmed El Khatib(Syrie), Francisco Macias Nguema(Guinée Équatoriale), Jamais Rang Huine Sambou(Mongolie), Ton Duc Thang(Vietnam), Dr. François Duvalier (Haiti), Roi Fayçal (Arabie Saoudite), Mao-Tsé-Toung, Lin Pao, Chou-En-Lai(Chine), Williams Tubman(Liberia), Sa majesté Hassan II (Maroc), Walter Ulbricht(RDA), Rajaratnam(Singapour), Sleiman Grangie(Liban), Richard Nixon(USA)…

Honorable Oyé Beavogui
Secrétaire Général par intérim du PDG-RDA.

Bouton retour en haut de la page